Retour aux sources, ou comment lâcher prise.

Chers amis !

À force de parler de la difficulté de mêler recherche personnelle & travail de commande en photo, j’ai fini par écouter Antoine qui me disait comment Pierre se baladait systématiquement avec son appareil, j’ai observé Laurent, mon assistant photo, photographier toutes les lignes droites qu’il rencontre, j’ai entendu Samuel qui m’appelait à lâcher prise…

Florence

Florence, avant de partir au travail.

J’ai fini par me rappeler pourquoi j’avais commencé à prendre des photos alors que je passais l’épreuve de Grec au bac… Je ne suis plus l’ado que j’étais, mes questionnements d’adulte ont remplacé mes frustrations adolescentes mais la photo reste encore & toujours mon outil préféré pour prendre du recul sur le monde qui m’entoure…!

Alors j’ai revendu mon gros Nikon D3s, lourd & froid, et je l’ai remplacé par le Nikon Df, si léger & tellement proche du premier boîtier Nikon FM par lequel je suis entré dans la photo… mais ça n’a rien d’un retour à la case départ. Depuis quelques jours, je poste des photos sur ma page pro facebook.

Des amis, de la famille, des amis d’amis, des rendez-vous impromptus… Si vous êtes curieux de voir où cela va m’emmener… suivez ma page !

Tonino Baliardo, des Gipsy Kings, pour Guitar Aficionado

En décembre dernier, je suis aller rencontrer Tonino Baliardo, membre fondateur et guitariste « lead » des Gipsy Kings.

AD-studio-Tonino-Baliardo-studio-324

En tant que photographe professionnel, je photographie souvent des gens en costumes, que ce soit dans un contexte économique ou politique. Bien sûr, je ne photographie pas que des chefs d’entreprise ou des politiques… mais quand même : beaucoup de costumes et tailleurs. Après tout, la France n’est pas la Californie, et il n’est pas forcément recommandé de venir bosser en tongs, par ici…

Moi-même guitariste, j’ai donc sauté de joie quand Rebecca Fain, rédactrice photo chez Guitar Aficionado, m’a contacté pour photographier M. Baliardo ! Imaginez : c’était l’occasion de rencontrer un musicien chez lui, et ce, dans le cadre d’un sujet qui courrait sur quelques pages. Et même si mes goûts musicaux me portent plus en direction de Metallica, Queens of the Stone Age, High on Fire et consort, c’était tellement chouette d’entendre Tonino jouer quelques notes tout au long de la séance… il en a dans les doigts ! Je suis reparti impressionné.

Cette fois-ci, j’ai fait l’aller-retour seul, accompagné de mon boitier et quelques réflecteurs… Je voulais aussi changer de façon de faire, laisser les flashes de côté, adopter une lumière plus douce… et le résultat vient de sortir ce mois-ci !

Mon métier, ma carte : 3 visuels pour la carte Business Gold American Express

Le mois dernier, j’ai photographié une série de trois portraits pour le compte d’American Express qui souhaitait s’adresser aux professionnels dans la presse française, à la fois sur le web et sur le papier. La campagne, sortie ce mois-ci, met en avant la diversité des profils (commerce, conseil…) et les avantages qu’ils peuvent trouver à utiliser une amex dans le cadre de leur activité.

C’est l’agence Babel qui, connaissant mon travail de portraitiste dans les domaines de la presse et du corporate, m’a contacté pour élaborer les trois situations. Après quelques échanges sur l’aspect créatif, il a été vite convenu que nous photographierions de vrais professionnels dans leurs locaux : il importait de donner un ton naturel à la campagne. Ça tombait bien : j’ai justement l’habitude de photographier des gens dans leur environnement quotidien ! Ce que j’apprécie dans ce type de production, ce sont les contraintes : si l’agence et le client souhaitent bien un portrait dans mon propre style, je dois également accommoder leurs exigences, de l’attitude du personnage… au cadrage. Le « regard » ne suffit pas : il faut se préparer. Nous avons donc shooté avec la maquette en superposition : l’idée était de réaliser un seul visuel par sujet, chaque image pouvant être utilisé aussi bien en hauteur qu’en largeur.

photo : Zhou Sha

photos : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

Pour que tout se mette en place efficacement, j’ai fait appel à une équipe constituée au fil des ans en qui j’avais entière confiance. C’est ainsi que j’ai demandé à Virginie Bergougnoux, que j’avais connue comme acheteuse d’art chez Havas, de coordonner la production. Renaud Morin m’a assisté sur la mise en place de la lumière pendant qu’Antoine Grasset, du studio Granon, s’occupait de la capture digitale (puis de la retouche en post-production). Enfin, Cindy Galhac a fait en sorte que chacun de nos héros du jour ait bonne mine ! Que cette fine équipe soit ici remerciée !

making of amex Je profite également de ce billet pour remercier American Express et l’agence Babel de m’avoir fait confiance sur ce projet ! Il s’inscrit dans la suite logique de mes dernières missions photo et bien sûr… j’ai hâte d’y retourner !

Remerciements tout particuliers à Mathilde et Patricia pour avoir pensé à mon travail, à Zhou pour avoir pris quelques photos lors du shooting, et à Florence pour avoir rassemblé tout ce beau monde.

Les Four Horsemen au Divan du Monde (photos)

Il y a quelques années, j’ai voulu me lancer dans un sujet photo sur les cover bands. Déjà trois ans, mine de rien… j’ai photographié quelques groupes, des Riff Raffs aux Coverqueen en passant par… les Four Horsemen que j’ai revus fin janvier au Divan du Monde pour le lancement du DVD « Through the Never ». Leur manière d’interpréter leurs idoles (Metallica, pour ceux qui ne suivent pas) est toujours aussi classe !

Quant à moi, oui ! j’avoue : j’ai quelque peu délaissé le sujet… enfin : oui & non ! Côtoyer des groupes qui s’éclatent à monter sur scène tout en se rendant compte que la presse s’intéresse peu au sujet, ça m’a fait reprendre la guitare… Alors, en août 2011, j’ai monté un groupe, Moke’s.

J’ai néanmoins continué à suivre les différents cover bands ! et comme j’aime suivre la musique, sans pour autant vouloir shooter de la scène, j’ai eu envie d’aller voir les Four Horsemen au Divan du Monde !

Et voilà le résultat :



Concert à guichet fermé, foule acquises dès les premières notes… je n’ai pas vu le temps passer. Mon parti pris était d’éviter de me retrouver juste devant la scène : j’avais envie de montrer un peu l’ambiance autour de ce genre de groupes… J’en connais plus d’un(e) qui n’adhère pas du tout au concept : pourquoi s’emmerder à reprendre les compos d’un autre groupe, aussi fabuleux soit-il ? Eh bien… allez voir l’une des formations que je viens de citer. Vous comprendrez.