À New York, des SDF jouent au football pour se sortir de la merde.

En octobre 2010, je me suis retrouvé à New York avec Loïc, aka Abstrait ≠ Concret. En reportage de Wall Street à Harlem, nous sommes allé découvrir le Street Soccer, qui vise la réintégration des sans-abris par le biais du foot – et ça marche !

Le sujet a été produit pour la revue Propos qui devait voir le jours en mars 2011 ; pas de chance, le projet a malheureusement été avorté… Plutôt que de laisser le sujet tomber en désuétude, voici les photos, accompagnée du texte de Loïc !

Bonne lecture.


Street Soccer usa (Jun., Oct. 2010) – Images by Antoine Doyen

Lundi 11 octobre 2010. Je vis le premier jour de ma vie sur le continent américain. Par le truchement d’une série de hasards et de désistements, je suis planté au milieu d’un carrefour de Harlem, au croisement de la 125ème et de Lexington, à guetter l’arrivée d’un bus qui stigmatise nécessairement ses passagers. Il va sans dire que je ne suis pas très serein. Alors que seuls quelques individus semblaient véritablement l’attendre quelques secondes plus tôt, voilà que l’habitacle du M35 – tout juste arrivé – ploie déjà sous la pression d’une marée humaine. Les corps de dizaines d’individus s’entrechoquent dans une violence aussi physique que sociale. Selon un article du New-York Times consacré à ce bus emprunté uniquement par des homeless – parce qu’il ne dessert que des foyers de sans-abris – les utilisateurs ont en fait l’habitude d’attendre dans la bouche de métro ou les boutiques à côté, ne pointant leur ganache qu’au moment où celui-ci se vient s’arrimer le long de la chaussée. Beaucoup des individus qui se succèdent au portillon, ont des mines patibulaires. Tout l’imaginaire des milliers d’heures de films et de séries américaines emmagasiné l’espace de toute une vie, ressurgit. Cette pensée a beau être ridicule, je ne peux m’empêcher d’avoir l’impression d’être plongé, l’espace de quelques secondes, dans un épisode de The Wire. La plupart de ces types me rappellent les gangstas de Baltimore et l’accent au couteau qui va avec de paire avec ce genre d’existence. D’autres seraient dignes de jouer les figurants dans un long-métrage sur la culture des pimps. Lire la suite

New York, le Nikon D3s… et moi.

En octobre, je suis parti à New York pour réaliser un sujet sur le Street Soccer, une organisation qui aide à l’intégration de sans-abris par le biais du football. C’est un sujet que j’ai commencé en juin dernier : j’avais pu rencontrer les responsables new-yorkais, faire quelques photos, mais n’avais guère pu photographier tout ce qu’il fallait.

New York, Oct. 2010. A former broker in Wall Street, Juan was able to leave the street soccer program when he found a job as a doorman at a Chanel's store in Manhattan.

Première prise en main du Nikon D3s.

Des rues de Manhattan à leur foyer sur Wards Island, je me suis retrouvé confronté à des conditions de lumière que même mon D700 pouvait trouver un peu difficiles… alors avant de repartir, j’ai passé un petit coup de fil à Nikon qui m’a mis dans les mains son D3s.

Évidemment, je lui ai trouvé quelques qualités :

  • Première bonne surprise : c’est pas si lourd par rapport au D700 ((que je ne trouve pas bien léger pour sa taille, certes)) ;
  • La seconde : l’autonomie. OK, pas vraiment un problème non plus avec le D700 – je peux passer une semaine avec sans recharger, parfois – , mais quand même ;
  • …et surtout : c’est vraiment très sensible !

Il m’est arrivé de faire un portrait à 3200 iso… comme j’en fais à 800 iso sur le D700 ! C’est assez merveilleux de pouvoir shooter un portrait relativement net dans un ascenseur mal éclairé… Super rendu des couleurs, belle réactivité… et ergonomie très bien vue, mais j’ai l’habitude des Nikon. Et la vidéo ? je ne l’ai pas testée, enfin j’ai tout de même essayé, mais c’est tellement une autre logique que je ne me suis pas senti à l’aise ; ce sera pour plus tard.

C’était une première prise en main d’une dizaine de jours, mais je me rends la semaine prochaine au festival de l’Alpe d’Huez avec un D3s, nouvelle occasion de pousser la chose((et nouvelle occasion de vous donner mes impressions plus poussées)). Je vais vraisemblablement réaliser mes portraits pour Studio Ciné Live en lumière naturelle : j’aurai sûrement un flash dans le sac, au cas où, mais je compte bien l’y laisser…

Pantheon Nostra : Snatch est en kiosque !

En octobre, je me suis rendu à New York avec Loïc (abstrait ≠ concret) pour Propos, un mag’ que vous retrouverez en kiosque en mars-avril prochain. J’en ai profité pour glisser une petite mission pour un autre jeune mag’, Snatch ! À la demande de Raphaël, je me suis ainsi retrouvé dans St John’s Cemetery, en plein milieu du Queens, à photographier ce lieu étrange où sont enterrées des figures majeures de la mafia new-yorkaise…

Le magazine est en kiosque depuis quelques jours, courez l’acheter !

St. John Cemetery is an official Roman Catholic burial ground located in Queens' Middle Village. Some famous mobsters are buried here in the cloister.

Decembre 2010 - Snatch Magazine : Pantheon Nostra, reportage dans un cimetiere de mafieux, St John's Cemetery dans le Queens, NY.

Shits & things.

Believe me, I REALLY wanted to talk to you about how things were doing here in New York, how I lost my passport on Monday, then found it tonight in a homeless shelter, just like, lying on the floor…  Oh ! that’s right. Photography. Reportage. Essay. That kind of stuff. So, hmm, sorry, really, I’m way too tired to write a decent blog post where you’d be happy to read how I’m shooting a story about Street Soccer USA for Propos Magazine… So, instead, here is a picture of some very artistic-whatever-neat-lovely-nice place Loïc, the journalist I came with, lives in when we ain’t on duty:

Shared apartment in Brooklyn.

This is Kyla and her boyfriend, in Brooklyn, like, around Johnson Street Metro Station. Very nice people indeed. The night before yesterday.