Tonino Baliardo, des Gipsy Kings, pour Guitar Aficionado

En décembre dernier, je suis aller rencontrer Tonino Baliardo, membre fondateur et guitariste « lead » des Gipsy Kings.

AD-studio-Tonino-Baliardo-studio-324

En tant que photographe professionnel, je photographie souvent des gens en costumes, que ce soit dans un contexte économique ou politique. Bien sûr, je ne photographie pas que des chefs d’entreprise ou des politiques… mais quand même : beaucoup de costumes et tailleurs. Après tout, la France n’est pas la Californie, et il n’est pas forcément recommandé de venir bosser en tongs, par ici…

Moi-même guitariste, j’ai donc sauté de joie quand Rebecca Fain, rédactrice photo chez Guitar Aficionado, m’a contacté pour photographier M. Baliardo ! Imaginez : c’était l’occasion de rencontrer un musicien chez lui, et ce, dans le cadre d’un sujet qui courrait sur quelques pages. Et même si mes goûts musicaux me portent plus en direction de Metallica, Queens of the Stone Age, High on Fire et consort, c’était tellement chouette d’entendre Tonino jouer quelques notes tout au long de la séance… il en a dans les doigts ! Je suis reparti impressionné.

Cette fois-ci, j’ai fait l’aller-retour seul, accompagné de mon boitier et quelques réflecteurs… Je voulais aussi changer de façon de faire, laisser les flashes de côté, adopter une lumière plus douce… et le résultat vient de sortir ce mois-ci !

Mon métier, ma carte : 3 visuels pour la carte Business Gold American Express

Le mois dernier, j’ai photographié une série de trois portraits pour le compte d’American Express qui souhaitait s’adresser aux professionnels dans la presse française, à la fois sur le web et sur le papier. La campagne, sortie ce mois-ci, met en avant la diversité des profils (commerce, conseil…) et les avantages qu’ils peuvent trouver à utiliser une amex dans le cadre de leur activité.

C’est l’agence Babel qui, connaissant mon travail de portraitiste dans les domaines de la presse et du corporate, m’a contacté pour élaborer les trois situations. Après quelques échanges sur l’aspect créatif, il a été vite convenu que nous photographierions de vrais professionnels dans leurs locaux : il importait de donner un ton naturel à la campagne. Ça tombait bien : j’ai justement l’habitude de photographier des gens dans leur environnement quotidien ! Ce que j’apprécie dans ce type de production, ce sont les contraintes : si l’agence et le client souhaitent bien un portrait dans mon propre style, je dois également accommoder leurs exigences, de l’attitude du personnage… au cadrage. Le « regard » ne suffit pas : il faut se préparer. Nous avons donc shooté avec la maquette en superposition : l’idée était de réaliser un seul visuel par sujet, chaque image pouvant être utilisé aussi bien en hauteur qu’en largeur.

photo : Zhou Sha

photos : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

photo : Zhou Sha

Pour que tout se mette en place efficacement, j’ai fait appel à une équipe constituée au fil des ans en qui j’avais entière confiance. C’est ainsi que j’ai demandé à Virginie Bergougnoux, que j’avais connue comme acheteuse d’art chez Havas, de coordonner la production. Renaud Morin m’a assisté sur la mise en place de la lumière pendant qu’Antoine Grasset, du studio Granon, s’occupait de la capture digitale (puis de la retouche en post-production). Enfin, Cindy Galhac a fait en sorte que chacun de nos héros du jour ait bonne mine ! Que cette fine équipe soit ici remerciée !

making of amex Je profite également de ce billet pour remercier American Express et l’agence Babel de m’avoir fait confiance sur ce projet ! Il s’inscrit dans la suite logique de mes dernières missions photo et bien sûr… j’ai hâte d’y retourner !

Remerciements tout particuliers à Mathilde et Patricia pour avoir pensé à mon travail, à Zhou pour avoir pris quelques photos lors du shooting, et à Florence pour avoir rassemblé tout ce beau monde.

Maintenant, je sais que ça rend bien, un portfolio sur iPad !

Je travaille avec Wonderful Machine depuis un petit moment. Pour ceux d’entre vous qui ne connaissez pas, il s’agit d’un service dont le but est de permettre aux éditeurs photo de trouver un photographe partout dans le monde… et vice versa.

ipad folio

Mon portfolio iPad réalisé par Heiner Hauck Portfolios.

Grâce à eux, j’ai obtenu quelques commandes de clients basés aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie… et comme j’entends développer mon travail auprès de clients américains (l’un de mes rêves étant de pouvoir travailler à la fois en France et aux États-Unis), j’ai décidé il y a quelques mois de leur envoyer mon portfolio pour qu’ils puissent montrer mon travail auprès des clients auxquels ils rendent visite régulièrement. Éditer un book se révélant souvent un cauchemar, j’ai pas mal procrastiné sur la question… jusqu’à ce que Kayleen me contacte la semaine dernière : ils préparaient une séries de rendez-vous au cours desquels présenter mon book serait pertinent ! Et comme c’était urgent… c’était l’occasion de revoir un peu mes récentes prises de vue.

Si vous avez déjà vu un portfolio professionnel, vous savez sans doute que c’est sacrément lourd… envoyer le mien en Pennsylvanie, où Wonderful Machine a ses bureaux, allait être couteux. Mais je me suis dit que présenter mon travail sur iPad de temps en temps n’avait jamais posé de problème… alors j’ai décidé de trouver une « boîte » pour l’iPad, quelque chose qui paraisse suffisamment professionnel, venu d’un photographe. J’ai demandé autour de moi et on m’a conseillé Heiner Hauck Portfolios, dont Susi Faller s’occupe de la distribution en France.

La compétition est rude aux USA, et bien des clients prêtent attention à la façon dont vous présentez votre travail (remarquez… comme partout ailleurs, après tout). Que les images soient révélatrices ou non d’un certain talent, la façon dont elles sont présentées compte énormément dans l’appréciation de votre professionnalisme. Qui n’a pas envie de paraître pro quand il est question de travail ? Le talent est affaire de subjectivité… mais livrer ses images à temps, entre autre, est bien moins affaire de sensibilité personnelle, par exemple (enfin, j’imagine…). C’est ce pour quoi je voulais un book efficace et « droit-au-but », quelque chose qui soit révélateur de ma manière de travailler, que l’on apprécie ou non mes photos. Après tout, je ne serais pas là pour le présenter en personne…

La conception du book.

Bien sûr, le prix n’est pas un détail and envoyer un iPad dans une jolie boîte aux États-Unis n’est pas particulièrement donné… Mais un book imprimé non plus, cela dit, et c’eût été délicat, de le mettre à jour depuis la France… alors j’ai opté pour l’iPad.

ipad portfolio 2

App / J’utilise l’application « Portfolio » éditée par « A Photo Folio« , chez qui j’héberge mon site web : elle n’est pas parfaite, mais elle fonctionne en lien avec mon site, ce qui permettra aux représentants de Wonderful Machine de le mettre à jour aisément quand je les préviendrai d’un nouvel editing !

iPad / J’ai choisi la première version de l’Ipad, parce qu’elle est largement suffisante : si la résolution n’est pas aussi élevée que sur le dernier sorti, on ne s’en rend pas vraiment compte à moins de les comparer côte à côte.

Portfolio / Heiner Hauck réalise des portfolios sur-mesure, and j’ai donc pu choisir librement taille et couleur, afin qu’il soit raccord avec mon site. La fabrication prend quelques semaines et ce n’est définitivement pas gratuit (le mien a coûté autour de 600 euros, sacoche incluse) mais c’est un objet magnifique ! Et c’est vraiment important quand il se retrouve sur une table entre quelques autres magnifiques séries de photos… Vous pouvez vous les procurer auprès de Susi Faller.

À l’heure où j’écris ces lignes, Wonderful Machine n’a pas encore reçu le book, et je ne sais donc pas encore si c’était le meilleur choix à faire… mais je me rappellerai toujours de cette phrase que m’a sorti une acheteuse d’art, à l’époque où je commençais à peine à montrer mes photos : « si tu n’es pas prêt à investir dans ton propre travail… ne t’attends pas à ce que d’autres le fassent pour toi ». Elle parlait notamment de la qualité des tirages… alors après avoir entendu ça, je me suis mangé un gros découvert à la banque : j’ai investi dans des tirages vraiment pro, j’ai acheté un « vrai » book avec couverture en cuir… et… vous savez quoi ? c’est à ce moment que j’ai commencé à avoir de plus en plus de commandes !

à suivre…

Au lit avec Ikea ! Les coulisses.

Début juin, j’ai shooté une pub’ web pour Ikea. Et comme c’était l’une des premières pubs que je réalisais… l’expérience était plutôt excitante ! C’était destiné à une animation flash : pas de changement intempestif d’éclairage… il fallait tout caler.

ikea behind the scene

On arrange la couette entre deux prises… Photo: Antoine Doyen

On a shooté à La Plateform, un très chouette studio parisien, la journée a passé toute seule… comme le montre assez bien cet album. Et puisque ce projet a suscité l’intérêt de Wonderful Machine, avec qui je travaille régulièrement, ils ont écrit une très chouette note sur leur blog : allez y faire un tour si vous êtes curieux de savoir comment la journée s’est déroulée !