Une journée au parlement européen.

Au début du mois, CAP 21 m’a demandé d’accompagner la députée européenne Corinne Lepage toute une journée à Strasbourg, de la gare de l’Est au Meeting d’Europe Écologie. Ceux d’entre vous qui suivez mon blog depuis un petit moment êtes au courant que je sais volontiers m’intéresser à la politique. Ces dernières semaines, je suis plutôt porté sur les questions de santé, mais ce n’est jamais très loin (encore un sujet pour lequel il va falloir croiser les doigts très fort…).

En attendant de publier enfin un sujet complet dans la presse magazine, c’était l’occasion de me poser quelques questions de déontologie. Pouvais-je travailler directement pour un parti politique ? Je ne suis membre d’aucun parti. À vrai dire, j’ai vite réglé le problème : n’étant jamais en reportage sur ces questions, je n’étais à aucun moment en porte-à-faux vis à vis de mon travail de journaliste. Du reste, on ne m’a pas demandé de transformer la réalité, mais bien de suivre une personnalité politique dans l’exercice de ses fonctions, et c’est tout.

Aujourd’hui, il me semble impossible pour un jeune photographe de gagner sa vie uniquement grâce à la presse (je ne sais même pas si c’est encore le cas pour les « vieux » photographes…). Nonobstant, je ne prends pas mes incursions hors presse à la légère et évite soigneusement les demandes où l’on me demanderait de travestir la réalité. Et c’est un faux problème : il se trouve que je travaille presque toujours aussi librement en corporate que pour la presse.

Mon reportage à Strasbourg en constitue un bon exemple : si c’était un journal qui m’avait envoyé en commande, je n’aurais pas photographié autrement Corinne Lepage. Mais j’aurais peut-être moins entendu de bruits de couloirs…

À vaincre sans péril.

Hier soir, j’étais à la mairie du septième arrondissement de Paris. Je venais y sentir l’air de la victoire qui exaltaient tant les jeunes UMP dans la salle des mariages, tous acquis à Rachida Dati (photo).

ad20080316-03445_s

Avec moi, Didier & Gwladys, également en formation à l’emi-cfd. Nous étions là pour le journal web de l’école, un exercice grandeur nature nommé « Media Libre » :

www.medialibre.info/2008/

Il n’y avait plus qu’à raconter l’élection de Rachida Dati dans cet arrondissement depuis longtemps acquis à la droite. Heureusement, quelques socialistes, quand même, étaient là.

Plus personnellement, je vais en profiter pour réaliser mon premier P.O.M.… j’avais embarqué mon Zoom H2 pour enregistrer quelques sons et Florence, également présente, m’a fort bien relayé. Je posterai le résultat dans la semaine !

Stage du côté de Marianne2.fr. Et après ?

Voilà, Joseph et moi, nous sommes en stage chez marianne2.fr. Dans le cadre de l’emi-cfd, nous restons la semaine entière pour fournir une iconographie au site et apprendre à travailler avec la presse. Un exercice à balles réelles, en quelque sorte.

ad20080115-0077_s

Hier, j’ai accompagné l’un des journalistes assiter aux points presses de Jean-Marc Ayrault et Henri Emmanuelli (photo). L’idée était d’illustrer l’article de Sylvain Lapoix, « La position du PS sur le traité de Lisbonne pour les Nuls« .

Pour le moment, tout se passe bien, mais le rythme est très calme : j’angoisse un peu quand je commence à rester inactif. Plusieurs articles à illustrer, mais impossible d’entrer à l’automobile club, pas encore de nouvelles de Denis Kessler pour faire son portrait… Ce soir, 18h : photographier une réunion PS du côté de Solférino. Et d’ici là ? Observer le bouclage du magazine qui doit sortir samedi matin.

Jeudi matin : conférence de rédaction pour Marianne2.fr, l’occasion peut-être de relancer la chasse aux sujets photo Pour le moment, j’ai le sentiment que ma présence est sous-exploitée : j’ai vraiment envie de déclencher.

En attendant, cette nouvelle confrontation au métier de journaliste photo est passionnante. Ce matin, Joseph et moi avons pris l’occasion d’interroger le service icono sur la gestion de la photo, du droit d’auteur, des conditions de publication. Des questions nécessaires, les photographes de presse naviguant parfois dans un véritable flou juridique.

Pour plus d’infos à ce sujet, vous pouvez allez faire un tour du côté de l’ANJRPC-Freelens, association de défense des droits des photographes. Une mine d’infos.

(edit)

Liens vers les articles illustrés :

Christophe Guilluy : «L’Etat préfère parler des banlieues plutôt que des classes populaires» ;
Référendum sur le traité de Lisbonne : le jour le plus «non»? ;
La position du PS sur le traité de Lisbonne pour les Nuls.