[lang_fr]Il faut réformer l’attribution de la carte de presse.[/lang_fr][lang_en]Press card allowance should definitely get a lifting.[/lang_en]

[lang_fr]C’est le moment de remplir mon dossier de renouvellement pour la carte de presse. Pour l’obtenir, il convient que je tire au moins 50 % de mes revenus du métier de journaliste. D’office, je dirais que l’idée se défend bien. Mais ce n’est pas si évident dans le cas d’un photo-journaliste.

La presse paie peu la photo. Envoie-t’elle encore beaucoup de photographes à l’étranger ? j’en doute. S’engage-t-elle auprès d’un(e) jeun(e) photographe sur un reportage ? Non, on préfère attendre que le travail soit terminé avant d’envisager tout achat… « Si vous êtes là-bas, on vous contactera » m’a-t-on répondu alors que je préparais un départ en Afrique de l’Ouest (du coup, j’avais reporté par sécurité).

Travailler coûte cher.

On part toujours en commande mais, en ce qui me concerne, le montant journalier varie de 150 à 400 euros… brut. Ça peut paraître bien payé si on compare cela au SMIC (certains de nos employeurs le font…). Oui, si ce n’est que le matériel utilisé (de l’ordinateur à l’appareil photo) coûte cher, sans parler de la place pour stocker cet équipement, et je ne parle même pas d’archiver les photos… ni même de la péremption des appareils numériques : mon Nikon F5, sorti en 1996, peut encore me servir. A contrario, mon D70, apparu en 2005, ne saurait guère me satisfaire. Quant à la post-production des images…

Pour tout vous dire, entre l’ordinateur, mon matériel de prise de vue, les tirages pour le book, le développement de mon site web… mon métier de photographe me coûte 350 à 500 euros par mois. Vous rajouter à cela un loyer parisien dans les 450 euros… C’est peu dire qu’il vaut mieux entretenir de bonnes relations régulières avec ses employeurs.

La tentation réalité du corporate.

Si la presse va mal, ce n’est pas (autant) le cas dans l’édition d’entreprise. Et même si je travaille de la même manière que pour la presse, photographier la MMA pour le compte… de la MMA, ce n’est pas photographier les anti-avortements pour le compte de la Tribune de Genève. Ce n’est pas non plus le même tarif : 2 jours de reportage à Wichita, c’est 400 euros pour le sujet (eh ouais… et encore, j’ai dû négocier !). Un après-midi à Dreux ? 500 euros. Alors, forcément, quand je produis un sujet perso comme c’est le cas ce mois-ci, sachant que personne ne va le pré-commander, eh bien je suis très content de trouver le corporate : ça me permet de trouver le temps de réfléchir à mes sujets, et surtout… de les produire ! Et puis il y a la précarité : savoir qu’on part en région dans une semaine est une chose, mais savoir ce qu’on va vraiment faire un mois plus tard en est une autre…

…quand soudain, la carte de presse…

Évidemment, le choix de la photo dans le secteur du corporate pose problème. Les tarifs ne sont pas toujours plus élevés qu’en presse, mais j’y trouve de plus en plus de boulot : un après-midi par ci, un matin par là… Quand je fais mes comptes, je vois l’aiguille plonger du côté du corpo… Cette année, j’obtiendrai encore la carte de presse.  Mais l’année prochaine ? Pas si sûr, à ce rythme. Pourtant, je passe les 3/4 de mon temps à travailler pour la presse, qu’il s’agisse des commandes ou, bien entendu, de sujets persos. Lors de mon séjour à New York, je n’ai fait que ça : rencontrer des iconos, réaliser quelques petits sujets avec Clémentine Gallot… La plupart ne seront pas diffusés, hormis un sujet sur le 405 club pris… sans les photos, et un portrait des frères Safdie, Josh & Benny, à paraître dans le prochain hors-série de Trois Couleurs.

En presse d’entreprise, les sujets que je réalise ne choquent pas ma déontologie. Au pire, ils sont juste illustratifs, et au mieux, aussi intéressants que la presse. Et pourtant, la Commission de la Carte d’Identité des Journalistes (CCIJP) ne s’intéressera qu’à mes revenus. Le temps ? ah ! non…

Ça m’ennuierait vraiment, de perdre cette carte. Je ne l’utilise presque jamais, mais elle atteste de mon statut. Je me fiche pas mal des musées gratuits, mais voilà, avec elle, pas d’ambiguité : je suis journaliste. Sans elle, je vais poser bien des questions…

Et parmi vous, combien trempent dans le « corpo » ? Vous gérez ça comment ?[/lang_fr]

[lang_en]Now is time for me to fill my application for 2010 press card. To get it, I must guaranty that 50% percents of my salary comes from editorial assignments. Indeed, I’d say the idea defends pretty good itself. But, wait: it ain’t that easy when it comes to photojournalism…

Press doesn’t pay photo production too well. Do Newspapers send photographers abroad? I doubt it. Does it provide some kind of insurance to a young photog on a feature?    Nope. They d’rather see the essay once it’s been produced. « Provided you go there, we’ll surely get in touch with you ». That’s what I’ve been told when preparing a trip to Western Africa (I aborted the story at the time, though I’m still working on it).

Working ain’t cost free.

Photojournalist still get assignments – I do – but it varies a lot, from 150 euros a day, or even 100, to 400 euros. Some might want to compare it to the « SMIC » (French minimum wage) since some employer sometimes do, and it does look good, but we do not earn a single compensation for using our own equipment. Which costs a lot, from camera to computer, etc. Digital dies fast: I’m still using my 96’s Nikon F5, but I’m not so sure, whether I’ll still be using my D700 in 2 years… And I’m not even talking about costs of post-processing, here.

In fact, considering I need a professional book, plus a fast and efficient computer in addition to reliable cameras, I estimate my work costs me around 400 to 500 euros per month. Add a parisian rent there, like 500 euros a months (pretty cheap in fact…) and you see why keeping good relationships with employers is nice.

The temptation reality of corporate works.

Should newspapers be a lil’ sick, I wouldn’t say so about corporate edition, though they sometimes tell us about how recessions lowered their budgets. Shooting BNP-Paribas meeting on behalf of… BNP Paribas ain’t the same as working about abortion issues in Whichita for La Tribune de Genève from an editorial point of view. But it ain’t the same fee, either: negotiating a mere 400 euros for two days in Wichita wasn’t easy, while spending half a day in Louveciennes (1hr from Paris) got me 500. Last week, I was on duty… for myself. I knew no-one would pre-order it. I’m not even sure someone will publish it! Besides, I had to turn over three assignments because I was on field…  so here’s the deal: doing corporate stuffs simply allows you to produce journalistic essays you wouldn’t easily do if you had to rely only on newspapers. Plus, you never know what you’re gonna do, two weeks from now… at least, I don’t.

…when the press card, on the other hand…

Of course, choosing to be on duty with corporations doesn’t come easily when you define yourself as a journalist. Truth be told, both works ain’t that different, especially in portraits. The only thing is people must look good with corporate assignments. But it the same with many press magazines… Anyway, though fees aren’t always much higher, I tend to find more work there: you can’t imagine how many magazine the corporate world produces! Right now, I’m still getting more from editorial work, but it might change. Many a photographer (especially in the portrait area) loses his press card those days! They do spend more time on press than anything else, though… at least that’s my case, something like a 3/4 ratio, wether I’m on a personal story or on an assignment. During my stay in New York in June, I did nothing but working on the editorial side: meeting picture editors, building small stories with Clémentine Gallot… Most of them won’t ever be published, like this story about the 405 club… that some magazine took without the pictures (toh!). I got a portrait with the Safdie brothers to be published in Trois Couleurs, though.

Corporate photography doesn’t hurt my feelings. At worst, they’re plain illustrative. At the best, they are good stories that could be featured in an actual newspapers. Meanwhile, CCIJP (commission for the french press card) still only care about about revenues… Time? oh! they don’t care…

It would definitely worry me, to lose the goddamn press card. Not that I care about free entrance to museums… I almost never use it, but it guaranties my status as a professional journo. Not bearing it could raise some silly questions about who I am.

What about you? what about working outside France? How do you organise?[/lang_en]

[lang_en]You think it will sell… but it ain’t.[/lang_en][lang_fr]Vous croyez que ça va se vendre… mais en fait, non.[/lang_fr]

[lang_en]Those who follow me either on Facebook or via Twitter already know I went to Wichita, KS in late June.


Wichita, KS : The pro-life crusaders’ spleen – Images by Antoine Doyen

I was there with fellow journalist Jean-Cosme Delaloye from La Tribune de Genève (CH). Shooting this story about abortion was a great experience: I went to meet controversial people, have a better understanding on a matter I didn’t know that well…

Technically speaking, I knew it would be more portraits than anything, since we had a lot of appointments in only two days. Meanwhile, I’ve done the best I could so it would also be consistent as a photo essay.  Now the story has been published in August. Once. In Switzerland. And. That. Is. That.

Truth be told, I believe there is a strong story, here. My guess is Getty Reportage thought so, too, since they’re distributing it outside France. From July til September, I emailed several papers to tell them about that story in my country. I could not count those I emailed… but I could tell how many answered.

Please bear in mind I do not feel bitter. In fact, I was warned: French press ain’t doing that okay, those days, and obviously, selling a story isn’t quite easy. Besides, being a young journalist, there could be a trust issue. Nevertheless, I didn’t guess any appointment to discuss that. Only a few conversations, some straw of interest… that’s it. What’s now? Well: I stopped trying. Getty has the story. Fine! Let them catch something. But it definitely raised a lot of questions for me… I’ve always defined myself as a photojournalist. Yet, obviously, I’m gonna make more & more from corporate assignments (that is: shooting happy white collars in firms, or nice portraits) than journalism. Not than I don’t like corporate work: in fact, I do! But feeling like I don’t get the point about how one should progress as a photojournalist really hurts.

Are you a photojournalist? How do you do, those days? Do you earn your whole life out of it? Unfortunately, I think I already get the answer…[/lang_en]

[lang_fr] Ceux d’entre vous qui me suivez soit sur Facebook, soit sur Twitter, savez déjà que je me suis rendu à Wichita (Kansas) en Juin dernier.


Wichita, KS : The pro-life crusaders’ spleen – Images by Antoine Doyen

J’y étais avec Jean-Cosme Delaloye, correspondant aux États-Unis de la Tribune de Genève (Suisse). Photographier une telle histoire a été une excellente expérience : nous avons rencontré des personnalités singulières, au discours controversé, cela m’a donné l’occasion de mieux comprendre un sujet que je connaissais mal.
Sur le plan technique, je savais qu’il y aurait surtout des portraits, et nous n’avions que deux jours sur place. N’empêche, je me suis débrouillé pour photographier tout ce que je pouvais afin que cela ressemble vraiment à un reportage complet. il a été publié en août. En Suisse. Et. C’est. Tout.
À dire vrai, je pensais vraiment tenir une histoire solide. J’imagine que Getty aussi, puisqu’ils le distribuent hors France. De juillet à septembre, j’ai envoyé un paquet d’e-mails aux rédactions françaises. Je ne saurais pas me souvenir combien j’en ai envoyés… mais je sais combien ont répondu.
N’allez pas croire que je sois aigri, ni même amer. En fait, j’étais même prévenu : en France comme ailleurs, la presse ne va pas si bien et, à l’évidence, vendre un sujet n’est pas évident. De surcroît, étant un jeune journaliste, je pose peut-être un problème de crédibilité. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas obtenu le moindre rendez-vous. Quelques conversations, deux, trois avis. Une proposition en conférence de rédaction, même. Mais sans plus. Et maintenant ? Eh bien j’ai lâché l’affaire. Getty a les droits… laissons-les trouver une rédaction intéressée.
Ceci posé, ça me pose quand même pas mal de questions ! Je me suis toujours défini comme photojournaliste. Mais, à l’évidence, c’est de plus en plus grâce au « corporate » que je vais gagner ma vie ; comprendre : en photographiant des cols blancs dans leurs bureaux, ou peut-être des portraits de gens satisfait. Non que ça me déplaise, bien au contraire ! J’adore le côté « business » que ça implique. Mais avoir le sentiment ne plus comprendre comment progresser en tant que photojournaliste m’énerve vraiment.
Et vous ? Vous êtes photojournaliste ? Ça se passe comment, pour vous, en ce moment ? Vous tirez vos revenus uniquement de la presse ? Malheureusement, je crois que j’ai déjà la réponse…

J’y étais avec Jean-Cosme Delaloye, correspondant aux États-Unis de la Tribune de Genève (Suisse). Photographier une telle histoire a été une excellente expérience : nous avons rencontré des personnalités singulières, au discours controversé, cela m’a donné l’occasion de mieux comprendre un sujet que je connaissais mal.

Sur le plan technique, je savais qu’il y aurait surtout des portraits, et nous n’avions que deux jours sur place. N’empêche, je me suis débrouillé pour photographier tout ce que je pouvais afin que cela ressemble vraiment à un reportage complet. Il a été publié en août. En Suisse. Et. C’est. Tout.

À dire vrai, je pensais vraiment tenir une histoire solide. J’imagine que Getty aussi, puisqu’ils le distribuent hors France. De juillet à septembre, j’ai envoyé un paquet d’e-mails aux rédactions françaises. Je ne saurais pas me souvenir combien j’en ai envoyés… mais je sais combien ont répondu.

N’allez pas croire que je sois aigri, ni même amer. En fait, j’étais même prévenu : en France comme ailleurs, la presse ne va pas si bien et, à l’évidence, vendre un sujet n’est pas évident. De surcroît, étant un jeune journaliste, je pose peut-être un problème de crédibilité. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas obtenu le moindre rendez-vous. Quelques conversations, deux, trois avis. Une proposition en conférence de rédaction, même. Mais sans plus. Et maintenant ? Eh bien j’ai lâché l’affaire. Getty a les droits… laissons-les trouver une rédaction intéressée.

Ceci posé, ça me pose quand même pas mal de questions ! Je me suis toujours défini comme photojournaliste. Mais, à l’évidence, c’est de plus en plus grâce au « corporate » que je vais gagner ma vie ; comprendre : en photographiant des cols blancs dans leurs bureaux, ou peut-être des portraits de gens satisfait. Non que ça me déplaise, bien au contraire ! J’adore le côté « business » que ça implique. Mais avoir le sentiment ne plus comprendre comment progresser en tant que photojournaliste m’énerve vraiment.

Et vous ? Vous êtes photojournaliste ? Ça se passe comment, pour vous, en ce moment ? Vous tirez vos revenus uniquement de la presse ? Malheureusement, je crois que j’ai déjà la réponse…[/lang_fr]