Et surtout, restez groupés.

Je ne goûte pas particulièrement l’esprit corporatiste. Le coup de se retrouver régulièrement parce qu’on a été formé la même année au même endroit… très peu pour moi.

N’empêche, j’ai lancé l’idée auprès de quelques anciens de l’EMI-CFD : retrouvons-nous tous les lundis matin autour de 8h30. Un café, le journal, quelques idées et autres plans à échanger. Partager nos avancées, nos projets. S’échanger quelques plans ? L’occasion de « vendre » un peu Photoshelter, que j’estime primordial pour les photographes indépendants. J’y ai moi-même mes propres archives : http://pa.photoshelter.com/c/antoinedoyen. Et de se rappeler la nécessité de relancer nos employeurs et autres clients… délicat.

Bon, ce matin, nous n’étions pas très nombreux, juste quatre : les deux Mathieu, Nicolas-François et moi-même. Mais ça valait le coup, on s’est quitté vers 10h00, peut-être un peu avant, la journée n’était pas perdue et ça remet un peu la patate. Ça ne fait pas sonner le téléphone mais au moins, le cœur y est…

"Ce n'est pas grave si le téléphone ne sonne pas".

C’est en tout cas l’avis de Mat Jacob que j’ai rencontré pour lui présenter mon sujet sur le deuil de ma grand-mère. On prend le temps du recul, on réfléchit à ses sujets, puis on les réalise… avant que le téléphone ne re-sonne ?

Au cours de notre discussion, je crois que j’ai trouvé un titre : « Temps Mort ». Selon google, il y a un livre d’Harlan Coben, un album de Booba, une série TV, un teen-movie… maintenant il existe un sujet photo qui porte ce titre.

J’ai montré le sujet à plusieurs personnes, des hebdos chrétiens ou non aux amis en passant par certains profs de l’EMI-CFD et bien sûr : ma grand-mère (photo). Le retour est varié, c’est un peu dur de s’y retrouver. Publiable, pas publiable… les avis divergent depuis le premier editing en août dernier. J’ai eu l’occasion de remanier l’editing ; la dernière fois : pas plus tard qu’hier soir.

C’est le sujet le plus personnel qu’il m’ait été donné de produire et, du coup, le recul me manque. De fait, je passe le plus clair de mon temps à appeler les services photos (obtenir des commandes) et leur montrer mon travail (obtenir des commandes). Pas mal de doutes esthétiques et autres entre les deux.

Je dois désormais rédiger des légendes, quelque chose qui respecte et porte le sujet. Bientôt, je vous le montrerai. Un livre, une expo… une publication ? Je ne sais vraiment pas ce qu’il va en advenir.

Ah! mais si, si : je travaille, en ce moment.

Entre une lessive et School’s out sur Guitar Hero, je travaille (oui).

Alors, voilà. La semaine dernière, je n’ai fait que téléphoner, re-traiter, trier, ranger ? C’est pas mal. Mais la semaine d’avant était plutôt chouette : un portrait pour Famille Chrétienne le mardi, un rendez-vous pour Challenges le jeudi.

Vendredi, je suis un peu sorti des seuls portraits pour Monocle : j’ai photographié la rue de Seine (Paris VIe). avec un de leurs correspondants à Paris, Tobias Grey (ci-dessus : la maison Prouté). Les boutiques de la rue, ses commerçants…

Jolie aventure, Monocle. Il y a quelques mois, Georges Bouyx, que j’avais rencontré à Cannes il y a quatre ans, est devenu instit’ et n’est pas dispo. du coup, il me fait suivre un mail de la rédactrice photo… Elle a déjà trouvé quelqu’un d’autre, mais on garde le contact. Régulièrement, j’envoie quelques nouvelles photos… et voilà ! l’occasion s’est présentée de travailler ensemble. Pourvu que ça dure ! Cette première collaboration est à paraître dans le numéro de fin novembre de ce joli magazine britannique.

En revanche, rien de prévu cette semaine… avis aux iconos !