Je suis un stagiaire.

Mardi, j’ai fait mes premiers pas au troisième étage des nouveaux locaux de Télérama, dans le quartier Masséna (Paris 13ème).

ad20080326c-0115_s

Me voici qui fais mes premiers pas dans un service photo, et ce sous la houlette de Laurent Abadjian. Il y a deux ans, peu avant mon premier festival de cannes pour Metro, je l’avais rencontré ; il avait taillé la présentation de mes travaux, c’était l’Afrique, le Forum Social Mondial, quelques portraits épars… Il ne s’en souvient pas, je crois ; tant mieux. J’avais organisé une mise en page des photos, ce n’étaient pas tout à fait des tirages seuls… « Vous allez vous plaindre toute votre vie de voir vos photos trop petites dans la presse, alors profitez de votre portfolio pour les présenter en grand ! ». Je cite de mémoire mais vous avez compris.

Derrière le comptoir.

Deux photographes sont déjà passées au service montrer leurs travaux. Je n’ose pas me lever et faire un mètre pour me pencher sur leurs photos comme Abadjian ; trop incruste. Mais j’écoute la façon dont elles les présentent, et comment le directeur photo les reçoit, ce qu’il en dit ; c’est instructif, et j’ai déjà une meilleure idée de la manière dont je vais présenter mes travaux, dorénavant.

Chez Télérama, je ne prendrai aucune photo. Au contraire, j’observe et participe à la sélection iconographique du numéro en préparation. Du coup, mon rythme est sûrement moins frénétiques que les journées de François-Nicolas, Mathieu, Sébastien, ou encore Jean-Marie, respectivement chez MediaPart, l’AFP, La Croix et MaxPPP. Eux prennent des photos, suivent des pros sur le terrain. Moi, je suis plutôt derrière le comptoir, et c’est passionnant ! Comment choisit-on une image plutôt qu’une autre parmi une offre pléthorique ? Pourquoi envoyer en prod’ un photographe plutôt qu’un autre ? et ainsi de suite…

En choisissant d’effectuer mon stage pratique chez Télérama, je n’ai pas seulement voulu découvrir l’envers de l’hebdomadaire que j’ai sous les yeux depuis tout petit. J’ai surtout souhaité comprendre comment fonctionnait l’un de mes futurs clients…

…J’aurai l’occasion de revenir sur le sujet d’ici le 18 avril, dernier jour de mon stage.

À vaincre sans péril.

Hier soir, j’étais à la mairie du septième arrondissement de Paris. Je venais y sentir l’air de la victoire qui exaltaient tant les jeunes UMP dans la salle des mariages, tous acquis à Rachida Dati (photo).

ad20080316-03445_s

Avec moi, Didier & Gwladys, également en formation à l’emi-cfd. Nous étions là pour le journal web de l’école, un exercice grandeur nature nommé « Media Libre » :

www.medialibre.info/2008/

Il n’y avait plus qu’à raconter l’élection de Rachida Dati dans cet arrondissement depuis longtemps acquis à la droite. Heureusement, quelques socialistes, quand même, étaient là.

Plus personnellement, je vais en profiter pour réaliser mon premier P.O.M.… j’avais embarqué mon Zoom H2 pour enregistrer quelques sons et Florence, également présente, m’a fort bien relayé. Je posterai le résultat dans la semaine !

Lotan Baba : les photos !

Il y a quelques jours, j’ai photographié les Lotan Baba sous le pont de Bir Hakeim puis dans le quartier de Beaugrenelle, à deux pas de là (Paris 16eme).

ad20080224-02615_s

Je viens de poster les photos sur flickr !

– lien direct vers le set flickr : http://www.flickr.com/photos/antoined/sets/72157604053510671/
– Lotan Baba sur myspace : http://www.myspace.com/lotanbaba

Quant à ceux qui souhaitent entendre ce que ça donne, voici The Ritual, extrait de leur premier album :

[audio:04_The_Ritual.mp3]

ad20080224-02568_s

Et pendant ce temps… Hafsia Herzi dans Vibrations n°100

En octobre dernier, Coline est passée à l’appart’ avec son amie Hafsia. Le film qui l’a fait connaître, La Graine et le Mulet, n’était pas encore sorti, elle était sur le point de partir tourner un autre film…

Hafsia Herzi - Vibrations n°100

Elle souhaitait avoir quelques photos, comme ça. Du coup, on a fait quelques vues, mais aucune ne me satisfaisait vraiment. Seules trois images sortaient du lot, dont celle que vous pouvez voir ci-dessus. Vive le net : grâce à Flickr, Vibrations est tombé sur la photo, ils ont apprécié… et voilà ! Bon, ok, ils ont les mêmes tarifs que Libé… mais avouez que la mise en page a de la gueule, non ?