Les joies du plein cadre.

Nikon annonce son premier boîtier Full Frame, le D3 !

DEVOR ROBINSON ad20070522-00710.jpg

À Cannes (photo : Devor Robinson, réalisateur de Zoo), par exemple, je travaille avec un boîtier numérique. Mon nikon d200 marche très bien et même : depuis qu’il est accompagné d’un sigma 30 mm f1.4, c’est le pied ! je retrouve un peu de profondeur de champs, l’angle de vision est équivalent à 45 mm sur un appareil 24×36… Pour des raisons financières, je n’ai effectivement jamais envisagé sérieusement de me procurer le Canon 5D dont le capteur est au format 24×36. Pourtant, en portrait, ce serait le pied ; c’est d’ailleurs ce qu’utilise Sébastien Dolidon. Mais bon, je ne gagne pas encore tout à fait ma vie avec la photo… c’est pas le moment de vider mes poches.

Aujourd’hui, Nikon taquine ma patience : le Nikon D3 devrait sortir en novembre prochain !

Je n’ose guère imaginer qu’il coûtera moins de 5500 et quelques euros [edit : ce serait plutôt autour des 4500], mais je peux enfin espérer que, le jour venu, si je peux changer de boîtier… le nouveau sera plein cadre.

(via MacBidouille)

EDIT : à la demande de ppC, j’invite ceux d’entre vous qui ne connaissent pas encore la différence en format DX et Full Frame peuvent lire ce sujet du forum Zone Numérique.

Le temps retrouvé.

Mai, juin, j’ai trouvé le temps de découvrir à Paris la Maroquinerie, le Klub ou même l’Escale. Y jouaient Kim Novak (photo), Wargasm (le même soir qu’Arkan) et Lotan Baba… j’ai même accompagné Philippe à Lille pour une soirée Dada/missive/Dialect.

Kim Novak à la maroquinerie / photo Antoine Doyen

Vacances en demi-teintes, inscription aux assedic pour « souffler », je me suis ménagé le temps de classer enfin les photos que j’avais prises lors de ces concerts. Aucun de ces trois soirs ne me vit agir autrement qu’en spectateur (edit : tiens, j’avais écris spectateur…), sans la moindre nécessité ni volonté de me placer devant la scène (sauf pour Lotan Baba). Ayant à cœur de ne surtout pas reproduire les photos que les autres photographes prenaient sûrement, j’ai pu travailler tranquillement en noir & blanc, mettant l’accent sur le ressenti. J’ai craint que la licence poétique due au noir & blanc paraisse trop automatique, ou trop facile. Ouf ! il n’en est rien. Quant à la couleur, on remonte même à la soirée Dada au Supermarket de Lille. C’était… le 3 mars dernier.

Bref, tout cela, c’est désormais sur Flickr (cliquez sur les photos) :

lotan baba / Live à l’Escale – Paris / 14 juin 2007

Lotan Baba Live / photo Antoine Doyen

Kim Novak / live à la Maroquinerie – Paris / 2 mai 2007

Kim Novak à la maroquinerie / photo Antoine Doyen

Wargasm / live au Klub – Paris / 10 juin 2007

Wargasm / photo Antoine Doyen

Dada : Dialect / Missive /set au Supermarket – Lille / 3 mars 2007

Supermarket lille

Les Pénibles / live à la Féline – Paris / 22 juillet 2006

Les Penibles à la Féline

Travailler plus.

Ceux qui me connaissent un peu savent mon intérêt pour l’économie en général, les conditions de travail et les interactions professionnelles en particulier.

Fnac Direct - callcenter

Début 2006, je suis parti en Afrique une seconde fois et, à mon retour, le CPE dérangeait nos calmes universités. Belle excuse pour laisser de côté le campus dionysien de Paris VIII et, avec, mon master en sociologie. Honte à moi ?

N’empêche, cette dernière n’a de cesser d’influencer mes préoccupations. En termes de portrait, je m’oriente doucement du cinéma vers les invisibles du monde du travail. En mai-juin dernier, j’ai commencé par observer mes propres collègues de Fnac.com (photo) alors que j’y terminais mon contrat. L’idée de les photographier est partie comme une blague, mais j’ai décidé de prendre cela au sérieux. Esthétiquement, je me suis placé doucement entre portrait de presse et « corporate ». Photographier l’employé comme si je photographiais son employeur et, malgré tout, constater – ou non – la différence dans la pose.

Le groupe PPR est en pleine mutation et j’aimerais étendre ce court sujet sur le call center du site marchand à l’ensemble de la Fnac. Jouer les petites souris dans les magasins, montrer aux clients qu’il y a autre chose que des machines derrière la caisse…

Je posterai bientôt la courte série de portraits réalisés en juin.